«

»

oct 21 2012

Imprimer ceci Article

Recrudescence de l’insécurité à N’Djaména : le ministre Ahmat Bachir ne mérite pas son salaire, il doit dégager !

730 vues

Dans notre article intitulé « Recrudescence de l’insécurité au Tchad : le braquage d’expatriés et des responsables tchadiens prend de l’ampleur » publié le 18 octobre 2012, nous vous annoncions que depuis un certain temps, les n’djaménois sont frappés de plein fouet par un fort regain d’insécurité et de violence. Le grand banditisme s’installe dans notre capitale et prend une ampleur inquiétante.

Retour sur les faits

• Le 22 Septembre 2012, un véhicule militaire de couleur blanche non immatriculé a intercepté sur la route de Mongo, la voiture du trésorier régional de Mongo qui transportait la paye des fonctionnaires de la région du Guéra ; la voiture du trésorier avait à son bord, le conseiller économique du gouverneur du Guéra et sa fille ainsi qu’un garçon de 12 ans. Les malfrats après les avoir fait descendre de la voiture et s’être emparé du butin, ont froidement exécuté le Trésorier, son chauffeur, le conseiller du gouverneur et sa fille.

• Le mardi 16 octobre 2012, le matin aux environs de 11 h, l’ancien délégué du gouvernement auprès de la ville de N’Djamena, Hassana Abdoulaye a été braqué chez lui par des hommes armés, qui lui ont demandé de leur donner de l’argent. Devant son refus d’obtempérer, les malfaiteurs ont ouvert le feu sans pour autant parvenir à le toucher. Face à cet échec, ils lui assènent plusieurs coups de crosse, le blessant à la tête.

• Samedi 13 octobre 2012, une expatriée s’est fait arracher son sac à main en plein centre-ville de N’Djaména à midi. Un vendeur de fruits a essayé d’intervenir, il a été blessé au bras lors de l’altercation.

• Une semaine avant, deux Italiens à bord de leur véhicule ont été braqués devant le building de Moursal à N’Djaména à 16 h, les malfrats ont emporté tous leurs biens.

La radio DjaFM 96.9 a réalisé un reportage sur ce phénomène dans une de ses éditions de 20 h.

• Hier, vendredi, 18 octobre 2012, Maître Jacqueline Moudeïna militante des droits de l’homme et lauréate du Prix Nobel Alternatif a été braquée chez elle par des hommes armés qui ont emporté son véhicule. La police nationale est à leur trousse selon une source policière. Cette information a été confirmée par des ONG présentes au Tchad. Ce matin, le journaliste tchadien Abdelnasser Garboa a dit sur Twitter que Mme Moudeïna va bien, mais son chauffeur a été blessé lors du braquage.

• Nous venons d’apprendre aujourd’hui, samedi 20 octobre 2012 que le domicile de Dobian Assingar militant des droits de l’homme, ancien président de la Ligue Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (LTDH), a été investi ce matin par des hommes armées en son absence. Cependant, cette information n’a pas encore été confirmée par des sources indépendantes.

• Le ministère de la Justice, à travers le Programme d’appui à la réforme de la justice au Tchad a présenté hier le rapport d’enquête sur les tendances de la criminalité dans la ville de N’Djaména pour la période 2010-2011. Selon cette enquête réalisée par l’Association tchadienne des criminologues sans frontière, c’est le 8ème arrondissement qui enregistre le taux le plus élevé de la criminalité.

Après les multiples mesures prises,  après l’excès de zèle contre les pauvres citoyens (blanchisseurs, pêcheurs, piroguiers, …), le ministre Ahmat Bachir fait profil bas face aux brigands de grand chemin.

Les différentes sorties médiatiques et les propos triomphalistes du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique sonnent creux aux oreilles des N’Djaménois, à la lumière de ce qu’ils vivent quotidiennement.

M. Ahmat Bachir ne mérite pas son salaire, il doit dégager !

                                                     La rédaction de TchadPages, Convergence pour une Émergence Citoyenne au Tchad

Lien Permanent pour cet article : http://tchadpages.com/2012/10/21/recrudescence-de-linsecurite-a-ndjamena-le-ministre-ahmat-bachir-ne-merite-pas-son-salaire-il-doit-degager/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *